Association de défense des droits des usagers de la route

RADARS : Quel avenir pour les avertisseurs de nouvelle génération ?

Les avertisseurs de radars sont interdits depuis 2012 mais des dispositifs similaires restent malgré tout utilisés sur les routes. Le Conseil national de la sécurité routière se réunit aujourd'hui pour faire des propositions au gouvernement.


Depuis 2012, il est interdit d'utiliser un avertisseur de radars dans sa voiture. Ces boîtiers embarqués dans les véhicules permettent de détecter les ondes émises par les radars afin d'avertir l'utilisateur de sa présence. Leur détention, utilisation et vente sont punis de 1.500 € d'amende.

Or, en réalité, des dispositifs vendus dans le commerce permettent toujours d'être avertis de la présence d'un radar. Il s'agit d'avertisseurs de zones de danger. Ce deuxième appareil ne détecte pas les radars mais garde en mémoire les emplacements des radars. Il s'agit d'un "assistant à la conduite" qui relaie des informations publiques, y compris les limitations de vitesse. La différence est si subtile que les utilisateurs en font bel et bien usage pour anticiper la présence des radars.

Des applications sur smartphone
Malgré l'interdiction des dispositifs de détection des radars, d'autre systèmes se développent, notamment sur smartphone. Des applications permettent ainsi de signaler sur une carte les radars, mais aussi les contrôles de vitesse mobile.

Pour l'association 40 Millions d'automobilistes, ces dispositifs à la limite de la légalité ne sont pas dangereux. "C'est une information pour l'automobiliste qui lui permet d'aborder une zone de danger et de ralentir", a jugé sur BFMTV le président de l'association, Daniel Quéro. "Il vaut mieux qu'il ralentisse que de se faire flasher par un radar et avoir un accident".


Localisation sur Internet condamnée
Sur internet, des automobilistes renseignent aussi ces contrôles sur les réseaux sociaux. En fin de semaine dernière, quinze personnes ont été condamnées par le tribunal correctionnel de Rodez pour "soustraction à la constatation des infractions routières". Ils indiquaient la localisation des radars sur un groupe Facebook.

Une condamnation critiquée par la défense qui dénonce son "hypocrisie". "Si ce qu'ils font est interdit, alors tous les avertisseurs de radars devraient être interdits, tous les journaux et les radios locales qui signalent les radars vont être fermés" avait déclaré l'avocat de plusieurs prévenus.

Des associations comme la Ligue contre la violence routière demandent l'interdiction des avertisseurs de radars sous toutes ses formes.


 

11/12/2014 BFM TV
nuit zéro accident 5 novembre 2016

Chefs d'entreprise, vous êtes concernés par la sécurité routière de vos conducteurs et de votre flotte !
L'Automobile Club de provence vous apporte les solutions ...

Sécurité routière

Vous avez l'impression de ne plus être totalement à jour de vos connaissances routières ? N'hésitez plus à vérifier vos capacités de conduite !

l'Automobile CLub de Provence en partenariat avec
tous nos partenaires
Automobile Club de Provence © réalisé par Weblogix 2016
149, bd Rabatau 13010 Marseille - Tél.: 04 91 78 83 00