Association de défense des droits des usagers de la route

Circulation alternée contre les pics de pollution ?

N’autoriser la circulation automobile qu’un jour sur deux, en fonction de la plaque d’immatriculation des véhicules, est-il la solution ?

Un communiqué de 40 Millions d’Automobilistes.

Depuis quelques jours, la France connait des dépassements du niveau d’alerte à la pollution. L’association « 40 millions d’automobilistes » rappelle son hostilité au projet gouvernemental qui consisterait à autoriser la circulation automobile un jour sur deux pendant les pics de pollution, en fonction de la plaque d’immatriculation des véhicules (pair - impair). Une telle mesure serait inapplicable au niveau économique et favoriserait l’usurpation de plaques d’immatriculation.

De plus, les plaques d’immatriculation des véhicules en circulation ne sont pas toutes les mêmes. En effet, aujourd’hui nous sommes encore dans la transition entre les nouvelles plaques et les anciennes plaques d’immatriculation. Pour les pouvoirs publics, faire appliquer une telle mesure serait une organisation titanesque et irréalisable.

Par ailleurs, les rejets de particules fines sont principalement dus au chauffage résidentiel : dans certaines régions françaises, le chauffage au bois participe à hauteur de 45 à 73% des émissions de particules lors des pics de pollution. En région parisienne, dans le nord et le nord-est de la France, ce sont les vents nordiques, fortement chargés en particules fines émises par le chauffage, qui amènent une concentration importante. Enfin, concernant les NOx, si les pics de pollution sont aujourd’hui de plus en plus nombreux, c’est que les seuils définis par la loi sur l’Air et l’Utilisation Rationnelle de l’Énergie (LAURE) ont été nettement abaissés, ce qui n’empêche pas le fait qu’en réalité, leur concentration dans l’air ne cesse de diminuer.

Depuis 2005, les véhicules n’émettent quasiment plus de particules fines. Ce n’est donc pas en reportant la responsabilité sur les automobilistes que l’on favorisera la réduction des émissions de polluants dans l’atmosphère.

Notre mode de vie est basé sur une société de consommation, qui est mise à mal par la crise économique que nous subissons. Instaurer cette mesure, ce serait diminuer le « pouvoir rouler » des automobilistes et donc les empêcher de consommer et d’aller au travail. Pour Daniel Quéro, président de « 40 millions d’automobilistes », « cette mesure sera inefficace pour les bronches des Français, mais elle paralysera l’économie française car elle n’a de sens que si cette mesure dure plusieurs jours ».

« On ne peut pas imposer à la France entière une mesure totalement démagogique, imaginée par un microcosme parisien déconnecté de toute réalité et de toutes les préoccupations des Français au quotidien »conclut Pierre Chasseray, délégué général de l’association.

24/03/2014 CONTREPOINTS
nuit zéro accident 5 novembre 2016

Chefs d'entreprise, vous êtes concernés par la sécurité routière de vos conducteurs et de votre flotte !
L'Automobile Club de provence vous apporte les solutions ...

Sécurité routière

Vous avez l'impression de ne plus être totalement à jour de vos connaissances routières ? N'hésitez plus à vérifier vos capacités de conduite !

l'Automobile CLub de Provence en partenariat avec
tous nos partenaires
Automobile Club de Provence © réalisé par Weblogix 2016
149, bd Rabatau 13010 Marseille - Tél.: 04 91 78 83 00