Association de défense des droits des automobilistes et des usagers de la route

Marseille : téléphone portable au volant, retrait de permis au tournant

Le préfet de police a coordonné une opération de contrôles routiers au Rond-point du Prado. Friture sur la ligne...

Pour poser le cadre, un chiffre qui met (mal) à l'aise : en France, selon une étude réalisée par un assureur prisé des publicitaires, 1 accident sur 10 serait associé à l'usage du téléphone au volant. Sur les autoroutes, c'est pire : 16 % des accrochages mortels sont imputables à un conducteur distrait par son portable. Mais malgré ce bilan coûteux, toujours selon cette enquête datée de 2019, "70 % des Français reconnaissent téléphoner, jouer ou envoyer des SMS" en conduisant... "L'autre jour, j'étais à moto et un type au téléphone m'a coupé la route. Heureusement que j'étais attentif sinon il m'aurait tué ! Les gens sont tarés au volant avec leur smartphone !", râle Emmanuel Barbe, le préfet de police des Bouches-du-Rhône.

Ce samedi matin, le haut fonctionnaire est sur le pied de guerre au Rond-point du Prado. L'enjeu ? Une vaste opération de contrôles inopinés ciblant particulièrement les chauffards accros à leur 06. Avec sa nomination aux commandes de la police marseillaise, les mauvais conducteurs ont trouvé un client à la hauteur de leur mauvaise réputation. "C'est sa marotte", glisse une source à la préfecture, en rappelant que ce passionné de grosses cylindrées était jusqu'en février dernier le "Monsieur sécurité routière" du ministre de l'Intérieur...

Thème du jour : l'application d'un décret daté du 18 mai 2020 permettant désormais de sanctionner d'un retrait de permis un conducteur qui utilise son téléphone et commet simultanément une autre infraction (excès de vitesse, stop ou feu glissés, dépassement d'une ligne blanche.. .) "Chaque préfet a le loisir d'en fixer la durée. Le maximum est de 6 mois. 1 an en cas d'accident de la circulation", rappelle-t-il. "Moi, hors accident, j'ai choisi une suspension de 15 jours pour ne pas porter atteinte à l'existence des conducteurs. Je ne veux pas la mort du petit cheval... En revanche, nous allons multiplier les opérations pour que la population comprenne le message, et en cas de récidive, nous serons implacables. C'est une question de sécurité et de vivre-ensemble sur la route", déroule-t-il.

Covid, Youtube et kit...

Très fréquenté à cette heure, le Rond-point du Prado est quadrillé de bleus. Une moto banalisée et deux piétons arpentent, eux, les contre-allées pour faire des flagrants délits et rabattre les auteurs vers le filet policier. "On a l'impression que c'est un puits sans fond", glisse Emmanuel Barbe, en observant le ballet des conducteurs de voitures et motos s'arrêter et repartir avec une note salée. "Les protestations sont rares. Car ils savent bien qu'ils ne doivent pas le faire. C'est quand même difficile à comprendre. Il leur suffirait d'acheter un kit mains libreà 40 ...", secoue de la tête le préfet.

Une petite femme au regard blasé sort de son véhicule et reconnaît sans mal avoir répondu à un appel avec son oreillette. "C'est interdit, je sais. Je venais de déposer mes enfants et je partais me baigneravec mon copain... Je suis infirmière libérale. Avec le Covid, je reçois toute la journée des appels de patients, des laboratoires, se justifie la trentenaire. Mais bon, il y a plus grave, hein, des gens sont en réanimation à la Timone."

À l'écart, un autre conducteur écope d'un sermon. Le mot "collègue" est prononcé. Il repart. Serre-tête panthère, lunettes de soleil pour tenir ses cheveux et sourire mutin, une femme est prise à tapoter son clavier. Oups. Défense sans conviction : "Je voulais juste changer la musique sur Youtoube ! Mais dans les Smart, le bluetooth capte mal !" Elle reçoit son amende forfaitaire : 135 € et trois points en moins. "Je vais peut-être perdre mon permis mais c'est pas bien grave. Je suis en train de divorcer, alors, ils peuvent bien me mettre toutes les amendes qu'ils veulent", relativise-t-elle.

Le préfet précise : "En général, les femmes sont très bonnes conductrices. 82 % des infractions et délits routiers sont commis par des hommes. Mais quand il s'agit du téléphone, c'est moins genré. On est sur du 50/50. Il y a une vraie addiction..."

Une nouvelle prise en vue : "J'appelais mon petit-fils qui est seul à la maison!", tente en vain un grand-père suant à grosses gouttes. Bilan de la matinée ? Un carton plein : non-respect de feu rouge, défaut d'assurance, non-port des gants sur les deux-roues, téléphone... En 1 h 30, le piège s'est renfermé sur 33 conducteurs. "Il faut dire que le gibier n'est pas très malin. Il font tout pour se faire prendre", ironise le préfet.

21/09/2020 LA PROVENCE.COM

En devenant adhérent de l'Automobile Club de Provence, vous aurez une réponse personnalisée à toute question relative à l'usage et à la propriété de votre véhicule :  litige, assurance, garagiste, infractions, permis à points, accident, ...

Vous avez un litige concernant la propriété, l'entretien ou l'usage de votre véhicule ?

Maître Guy Julien, notre avocat spécialisé dans le domaine des accidents, de la responsabilité et de l'assurance, vous reçoit deux fois par mois.

Chefs d'entreprise, vous êtes concernés par la sécurité routière de vos conducteurs et de votre flotte !
L'Automobile Club de Provence vous apporte les solutions ...

Leurs avis

voir tous les avis

l'Automobile CLub de Provence en partenariat avec
tous nos partenaires
L'Aide juridique
L'aide juridique
Le cas du mois
Automobile Club de Provence © réalisé par Weblogix
149, bd Rabatau 13010 Marseille - Tél.: 04 91 78 83 00