Association de défense des droits des usagers de la route

PLAN VELO : LES AUTOMOBILISTES EN COLERE

INFOGRAPHIE - Recours plus fréquent aux zones 20 et 30 km/h, stationnement plus difficile pour les voitures… le ministre des Transports a présenté mercredi 25 mesures en faveur des cyclistes et des piétons en ville.

Ce n'est pas un plan vélo mais c'est un plan de guerre contre les automobilistes!» s'insurge Roger Braun, directeur général de l'automobile Club. À peine ont-elles été annoncées que les 25 mesures présentées ce mercredi par le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, ont suscité une levée de boucliers de la part des associations représentant le lobby de la voiture.

Le gouvernement, qui souhaite développer le vélo, a décidé de modifier le Code de la route et de prendre plusieurs dispositions qui s'inscrivent dans la politique du partage de la route, mise en place depuis plusieurs années en France. Ainsi, il a été décidé que le 50 km/h en ville ne sera plus la règle en agglomération. En modifiant les règles actuelles, le gouvernement souhaite «sécuriser juridiquement les démarches de généralisation des vitesses inférieures à 50 km/h», est-il écrit dans le dossier de presse. Les communes pourront donc plus librement recourir au 30 km/h ou au 20 km/h. Et dans ce cas, le gouvernement souhaite la généralisation des doubles sens cyclables.

Par ailleurs, en matière de verbalisation, la sévérité va monter d'un cran. Les sanctions vont être aggravées pour tout usage illégal par l'automobiliste de lieux dédiés aux piétons ou aux cyclistes. Le stationnement ne sera plus gênant mais «très gênant» quand il aura lieu sur un trottoir, un passage piéton, une piste cyclable. Il en coûtera une amende de 135 euros. Une infraction qui avait disparu - «face à la pression de la demande de stationnement automobile», comme cela est écrit - va être réactivée. Sous peine de verbalisation, il ne sera plus possible de se garer ou de s'arrêter dans les cinq mètres en amont d'un passage piéton. Une mesure qui vise à garantir une meilleure visibilité aux automobilistes mais aussi aux usagers dits vulnérables comme les cyclistes et les piétons. Dans le même esprit de mieux protéger le vélo, il a été décidé que pour dépasser ce dernier, le conducteur sera autorisé, et si la visibilité le permet, à commettre cette fois une infraction… Il pourra chevaucher une ligne continue!

«Faire la chasse à la voiture»
Toutes ces mesures font bondir les automobilistes. «Le 30 km/h en ville est le signal d'un danger, comme le passage par exemple aux abords d'une école, et cela justifie qu'on lève le pied. Si on banalise cette vitesse, elle ne sera plus respectée», met en garde Pierre Chasseray, délégué général de 40 millions d'automobilistes, pour qui ce plan vélo est «en réalité le nouveau moyen de faire la chasse à la voiture». «Pourquoi créer un stationnement très gênant quand il existe un stationnement gênant?» s'interroge Roger Braun. «On fait du sur-mesure pour les cyclistes. Ils ne doivent pas imaginer qu'ils vont prendre toute la place !» s'inquiète-t-il. D'autres dispositions ne devraient pas faire débat, comme la généralisation du marquage d'information au sol dans les villes, plus visible pour tous ou encore l'extension, quand c'est possible, «du cédez-le-passage au feu rouge pour les cyclistes».

Le gouvernement souhaite aussi développer «l'intermodalité»: qu'une personne puisse passer du vélo au train pour un même déplacement. Pour ce faire, les places de stationnement sécurisées pour les deux-roues dans les gares vont être généralisées et un plus grand nombre de trains Intercités vont être aménagés pour que l'on puisse y placer son vélo durant le trajet.

Autre annonce qui était attendue par les associations militant pour l'essor de la petite reine: le remboursement des frais kilométriques pour les salariés allant à vélo au travail. Cette nouveauté sera expérimentée. Mais pour le député maire UMP du XVe, Philippe Goujon, qui avait été à l'origine d'un rapport sur le vélo en 2012, cette mesure, seule, est insuffisante. Pour être attractive, elle doit s'accompagner, dit-il, «d'incitations sociales et fiscales».

 

10/03/2014 LE FIGARO.FR
nuit zéro accident 5 novembre 2016

Chefs d'entreprise, vous êtes concernés par la sécurité routière de vos conducteurs et de votre flotte !
L'Automobile Club de provence vous apporte les solutions ...

Sécurité routière

Vous avez l'impression de ne plus être totalement à jour de vos connaissances routières ? N'hésitez plus à vérifier vos capacités de conduite !

l'Automobile CLub de Provence en partenariat avec
tous nos partenaires
Automobile Club de Provence © réalisé par Weblogix 2016
149, bd Rabatau 13010 Marseille - Tél.: 04 91 78 83 00